site web forum documentation

CLUB1.FR

🇬🇧

Souvenirs de la journée Contre le Cloud

Le 8 mars 2023, c'était journée placard ouvert chez CLUB1

affichette collée sur la porte

La journée placard ouvert à été organisée dans le cadre de l'International Trans★Feminist Digital Depletion Strike le mercredi 8 mars 2023. C'est Alix qui nous a fait part de cet événement lors d'un message sur notre forum. On a pu partager du Grog au beurre 😵, du jus de gingembre (maison 😎) et un cake banane chocolat, avec la vingtaine de personnes qui ont bravé la pluie pour nous rejoindre.

Placard ouvert ?

Lorsque suffisament de personnes s'accumulent dans la file d'attente (à partir de deux), une visite guidée du serveur est lancée. Il faut alors suivre Nicolas jusqu'au placard, patienter un peu lors de l'ouverture de la porte, puis diriger son regard vers la partie haute des étagères. S'ensuit une présentation complète de l'infrastructure technique, riche en anecdotes et détails croustillants. Elle aidera les curieux·ses à sentir les relations subtiles entre le fond (software) et la forme (hardware) qui sont à l'œuvre dans cet assemblage.

À part ça, pas trop d'autres activités formelles. C'était surtout pleins de petits moments de discussions, échanges d'idées, racontage de projets et partages de ressentis.

❤️ On remercie toutes les personnes qui ont participé à ce moment chaleureux ! ❤️

Les enjeux du goûter

Lorsqu'on a planifié cette entrevue, il etait question de mener des ateliers de customisation de clefs usb comme support manuel à des discussions sur nos relations au cloud. Alix pensait qu'il etait important de vraiment adresser cette question de manière précise, alors que Vincent était plus concentré sur la confection de boissons chaudes, froides, alcoolisées et non alcoolisées et de cakes salés et sucrés. À la fin de la journée, après avoir mis de côté l'activité planifiée et préféré des discussions informelles, pas necessairement sur le cloud on s'est rendu compte que c'etait déjà pas mal d'avoir pu rassembler autant de personnes et passer un moment aussi convivial.

Finalement les gâteaux et les boissons étaient tout aussi importantes, voire d'avantage, que la précision des activités proposées. Face à un sujet aussi rugueux que la technologie de communication et d'information et avec une population encore majoritairement masculine, la question de l'accueil et du soin prenait tout son sens. Les gâteaux salés et sucrés et les boissons chaudes et froides et alcooliques et non alcooliques etaient garant·es de l'inclusivité de la réunion. Alors on a peut-être pas beaucoup parlé de cloud, mais au moins tout le monde s'est senti à l'aise et aura peut-être envie de revenir la prochaine fois !

Album photo

Nicolas vérifie le placard
arrivée de visiteurices
des ballons pour une ambiance de contestation festive
Alix présente son affiche
signe peace devant le serveur
live coding
partage d'un moment de détente autour d'une bière
la visite guidée par Nicolas

Projection du film "Les stagiaires"

La journée s'est terminée devant la projection du film Les Stagiaires. Le film met en scène deux boomers, dépeints comme loosers car n'ayant pas de carrière professionnelle stable ni de vie de famille. Google est montré comme une terre d'accueil pour toustes, un peu comme MacDo, mais ayant en plus l'avantage de donner du sens à la vie de celles et ceux qui y travaillent.

L'entreprise est même qualifiée de "jardin d'Eden" par Owen Wilson lorsque son ami ose vouloir arrêter son stage chez Google. Le film est donc clairement une longue publicitée à peine camouflée en comédie populaire. Ce qui frappe, c'est l'aspect omniprésent et officiel de la marque, qui dépasse largement le placement de produit habituel ou encore le soft power américain diffu des films hollywoodiens. C'est la métonymie d'un monde dystopique où l'on irait voir les films Amazon, Uber ou Gaz de France.

Même si cette forme de long-métrage-publicitaire peut paraître grotesque, c'est un rappel clair que la domination s'exerce à travers de nombreux vecteurs et que l'art est très loin d'y échapper.

Si la ré-appropriation des formes artistiques par les boîtes de la Silicon Valley vous intéresse, on vous invite à écouter l'inverview de Fred Turner sur France Culture, auteur du livre L'usage de l'Art (Dispo dans la bibliothèque CLUB1 😉)

- Petite clarification, quand tu dis "sur la ligne", tu veux dire "en ligne" ?

Cet extrait illustre le fossé générationnel qui sépare les protagonistes principaux, qui ont la quarantaine, du reste de leur équipe. À CLUB1, cette expression nous a tout de même charmés et on n'hésitera pas à l'utiliser. Peut-être parce que c'est une façon de plus de ne pas faire comme Google ?




Cet article à été consulté 943 fois